Le ‘Tennis Elbow’ et la kinésithérapie

Essentiellement, le Tennis Elbow ou l’épicondylite externe est une pathologie de mouvement répétitif (mouvement de rotation du poignet, extension et rotation, etc.). Malgré que son nom importe le tennis, cette affectation ne survient pas strictement lors du tennis. Tous les gens qui utilisent leurs mains pour leurs travail (menuisier , électricien, ébéniste, etc.) sont susceptibles d’une épicondylite. Si votre travail importe des mouvements répétitifs qui impliquent des rotations d’extension et de flexion du poignet.

Au tennis, le mécanisme est simple. Prenons un joueur droitier. Pour bien frapper un coup du revers, juste avant que la balle soit en position pour bien la frapper, le corps est en position de rotation vers la gauche, le dos presque  tourner vers l’autre joueur. Le bras droit sera fléchi vers notre poche de pantalon gauche avec le poignet complètement fléchi (ce qui veut dire que vos extenseurs seront en état d’extension maximale, comme un élastique étiré, prêt à se propulser). L’extension maximale des extenseurs du poignet suivi d’une contraction maximale explosive à répétition peu a la longue créer de microlésions au niveau du point d’attache des muscles extenseurs de l’avant-bras qui éventuellement devient une épicondylite.

Voici quelques symptômes:

  • Douleur sur la petite tubérosité osseuse sur la partie externe du coude
  • La douleur peut irradié dans l’avant-bras
  • Douleur quand on utilise notre main (donner une poignée de main, lever quelque chose de lourd, ouvrir une porte, etc.)

L’objectif du Kinésithérapeute est d’aider le client à retrouver son geste sportif (ou de travail) optimal; c’est-à-dire, retrouver la pleine amplitude de mouvement, avec une force normale, sans douleur. Le Kiné essayera de faire ceci sans empêcher le client de faire son activité. Par contre, le repos pourrait parfois être nécessaire lors des premières semaines de traitement. Ceci dépend de la gravité de la blessure. Lors des premières sessions, l’objectif sera de diminuer la douleur et de créer de l’espace dans le schéma corporel pour favoriser la guérison. Ceci sera accompli par des techniques en fascia thérapie anti-inflammatoire et en étirement myofascial. Par la suite l’objectif sera de retrouver une amplitude de mouvement plus optimale. Ceci sera accompli par des mobilisations passives et étirements des chaînes musculaires. En complémentarité, le kiné vous donnera des exercices d’assouplissement à faire à la maison pour maintenir l’ouvrage fait en clinique. Une fois la douleur partie et l’amplitude de mouvement devenu normal, le secret est le maintien et la prévention. N’attendez pas que la douleur soit d’une intensité qui vous empêche de faire le sport que vous aimez.

 

Par Yanic Szoghy
Kinésithérapeute Sportif

0 commentaires

Laisser un commentaire

What are you working on?

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *