La fasciathérapie et le relâchement myofascial

La fasciathérapie est une approche qui s’adresse aux fascias.  Les fascias sont composés de tissu conjonctif fibreux. Ils recouvrent, séparent, protègent et soutiennent les muscles et les organes (viscères) du corps humain. Ces membranes ressemblent à des enveloppes de papier cellophane et elles facilitent le glissement des différentes structures. Les fascias créent des liens entre les structures et les différentes régions du corps puisqu’ils sont présents de la tête aux pieds ainsi que du plus profond au plus superficiel. Les fascias se transforment en chaînes qui peuvent provoquer des tensions, des douleurs ou des compensations à distance. Les mouvements répétitifs, les mauvaises postures et la douleur chronique engendrent des tensions ou des raideurs au niveau du fascia et, aussi, de sa chaîne.

Les fascias réagissent énormément au stress non seulement physique, mais, aussi, psychologique. On dit souvent que le fascia est un peu la mémoire du corps et il démontre toutes les agressions que le corps ait pu subir. Les émotions intenses et difficiles à gérer ainsi que les traumatismes inconscients viennent se fixer dans le fascia. Les traumatismes non libérés, récents ou anciens, ont une incidence sur la qualité tissulaire et la « mobilité » du fascia – on devrait plutôt parler de capacité de glissement que de mouvements. Les chocs vont engendrer des zones de crispations dans lesquelles la circulation, la souplesse tissulaire et la vitalité seront diminuées.

Cas vécu 1: À l’âge de 11 ans, je me suis blessée à l’épaule droite suite à une sur-utilisation et à une mauvaise technique en nageant sur le dos. La douleur était si vive qu’elle était invalidante. Le médecin m’a diagnostiqué une bursite aiguë. J’ai donc dû prendre du  repos et des anti-inflammatoires. J’ai arrêté de nager par la suite. Malgré tout, je ressentais parfois un accrochage, de la douleur et des craquements et ce, plusieurs années après ma blessure initiale. En suivant mon cours de fasciathérapie, presque 25 ans plus tard,  j’ai ressenti la même douleur que dans la piscine. J’ai eu des images très claires, des souvenirs qui me sont revenus en tête instantanément. En relâchant le fascia, mon épaule a retrouvé toute son amplitude de mouvement et les craquements ont disparu. En prime, je peux maintenant nager au dos sans douleur!

Cas vécu 2 : J’ai eu une cliente avec une douleur chronique au cou et souffrant de maux de tête. En cours de séance, elle a crié subitement. En libérant les fascias, nous avons libéré l’empreinte émotionnelle traumatisante d’un accident d’auto survenu lorsqu’elle était enfant et dont elle ne se rappelait pas. Ses tensions au niveau de la nuque ont relâché dans mes mains, comme si elles avaient disparu instantanément. Depuis, ses maux de tête ont diminués en intensité et fréquence et ses tensions sont beaucoup moins grandes.

La fasciathérapie et le relâchement myofascial se ressemblent beaucoup. La première approche se veut plus douce et la deuxième plus intense et plus profonde. Le traitement d’une heure peut s’effectuer uniquement dans une approche de fasciathérapie ou encore être combiné avec d’autres techniques de massage.

Le thérapeute trouvera des zones de tensions / raideurs / ralentissements et grâce à des techniques manuelles (et sans huile) de mises en tension, de mobilisations et d’étirements, il rendra les fascias mobiles et malléables. Il en résulte une meilleure circulation et une stimulation énergétique.

Tout le monde peut bénéficier des bienfaits d’un traitement en fasciathérapie. Les principales indications sont :

  • Blessures aiguës : pour diminuer l’inflammation, l’œdème (enflure), la     douleur et accélérer le processus de guérison ; par exemple lors d’entorses ou de tendinites
  • Blessures chroniques : problèmes de dos, épicondylites
  • Blessures sportives
  • Tensions / douleurs liées aux postures ou aux mouvements répétitifs
  • Problèmes circulatoires
  • Tensions liées aux cicatrices
  • Problèmes gynécologiques : (si thérapeute traite au niveau viscéral)
  • Problèmes digestifs : (si thérapeute traite au niveau viscéral)
  • Scolioses et autres problèmes posturaux
  • Migraines et maux de tête

En tant que thérapeute, je sais que l’utilisation de la fasciathérapie fait toute la différence dans l’efficacité de mes traitements. Premièrement, j’ai remarqué que pour relâcher les tensions en profondeur, il est préférable de ne pas uniquement s’acharner sur les fibres, mais également de relâcher les enveloppes. En travaillant d’abord sur le relâchement fascial, je peux ensuite dégager les tensions en profondeurs avec moins de douleur ressentie chez mon patient. Le corps continue d’intégrer ces techniques dans les jours qui suivent. Ainsi, bien qu’un bien-être et un relâchement suivent le traitement, le véritable effet est ressenti environ 4 jours plus tard. Je suis donc plus efficace et ce, plus longtemps!
Yanic Szoghy
Alexander Benjamin
Donna Graham
Liana Signore
Pascale Alexandre
Vanessa Paré
Audrey-Anne Fortin
Manon Lambert 
Patrick Georgevitch
Marie-Hélène Turgeon