Du bruit dans la tête?

Du bruit dans la tête?

‘’Un camion dans la tête’’, ‘’Ça bourdonne dans mon crâne’’, ‘’Ça siffle comme pas possible à chaque fois que je prends le volant’’…, et pas mal d’autres plaintes rapportées par les clients qui souffrent d’acouphène. Au fait, jusqu’à 43% des Canadiens ont soufferts d’acouphènes, 35% seulement l’année passée (Source : Santé Canada).

Mais c’est quoi cet acouphène?

L’acouphène se définit comme un bruit perçu dans une ou les deux oreilles, dont l’origine n’est pas un vrai son ou un bruit extérieur. L’acouphène peut être de ton aigu, grave ou combiné. Des fois il est accompagné de cliquetis.

Il existe deux sortes d’acouphènes : Objectif (le médecin ou le spécialiste peut entendre les cliquetis à l’intérieur; et représente 5% des cas). Subjectif : seule la personne souffrante de ce bruit le perçoit. Cette catégorie constitue 95% des cas.

Il existe une multitude de causes pour l’acouphène, nombre tellement complexe que l’on n’arrive toujours pas à déterminer les origines fixes ou des traitements protocolaires.

En gros, les acouphènes peuvent avoir comme origine des problèmes de l’oreille elle-même, des problèmes intracrâniens, des problèmes circulatoires, des problèmes chimiques (comme la prise de certains médicaments), des maladies telle que la Maladie de Ménière, et une multitudes d’autres causes.

Mais deux causes retiennent notre attention lorsque toutes les autres causes sont éliminées par le médecin spécialiste. Des problèmes de l’articulation de la mâchoire (Articulation Temporo-Mandibulaire ou ATM) et des problèmes cervicaux. Dans ces deux cas, on parle d’acouphène somato-sensoriel.

Des solutions?

Dans le cas d’acouphène somato-sensoriel, il n’existe pas de solution miracle. Il s’agit de procéder par essai. Dans le cas d’un problème de l’ATM, surtout si on serre des dents durant la nuit, la première étape serait de visiter votre dentiste qui vous prendra en charge ou vous réfèrera à un spécialiste (orthodontiste ou autre). Par la suite, une combinaison d’interventions sera bénéfique dans le cadre de la prise en charge globale, par exemple en combinant avec de la chiropratique, de la physiothérapie et de la masso-kinésithérapie. Si l’ATM est saine, mais le cou est problématique, passer directement aux soins complémentaires.

Et la kinésithérapie dans tout ça?

Par le moyen des différentes techniques de levée de tension musculaire, de manœuvres de massage spécifiques, de correction posturale, de soulagement de spasmes musculosquelettiques et de fasciathérapie, de travail des points gâchette (Trigger Point Therapy), le kinésithérapeute travaillera à réduire les tensions, soulager les chaînes musculaires et créer l’espace requis par le corps pour s’auto-régler. Que ce soit le cou, la mâchoire (muscles intimement liés avec la mécanique du cou), ou la combinaison des deux, que ce soit dans le cadre d’un soin au sein d’un travail multidisciplinaire ou seul, la kinésithérapie est essentielle dans le cadre de soins pour procurer un équilibre et une détente largement requis pour baisser le son!

Patrick Georgevitch, Masso-kinésithérapeute

strong-life.ca

0 commentaires

Laisser un commentaire

What are you working on?

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *